Fête du Wesak



La pleine lune qui a lieu sous le signe zodiacal du Taureau chaque année est d’une extrême importance. Pourquoi ? Parce qu’en cette période, le Bouddha et le Christ unissent leurs forces pour produire une libération d’énergie spirituelle suffisamment puissante pour changer les affaires du monde, pour autant que l’humanité capte cette énergie et la transmette. L’humanité doit donc remplir son rôle de transmetteur et permettre cette transmission pour que le changement puisse avoir lieu !


La Wesak est donc la Descente et la Bénédiction des énergies Bouddhique alliées avec les énergies Christique : Le Bouddha et le Christ viennent ensemble bénir la Terre et toute l'Humanité chaque année, coopérant afin de provoquer de la part de la famille humaine une réceptivité à l'égard d'un influx possible de force spirituelle qui puisse servir à détourner le courant actuel de détresse, de dépression, d'incertitude, et inaugurer ainsi une ère de paix et de culture de l'âme pour procurer une vie spirituelle renouvelée.



Pour 2017, ce sera le 10 mai.



C'est une grande fête de l'Orient qui commémore la naissance, l'illumination et la mort du Bouddha. Au Tibet, la cérémonie se déroule dans une petite vallée au-delà de l'Himalaya : c’est la vallée du Wesak.


La fête du Wesak est donc d'une très grande importance.

Il est temps de se préparer aux énergies qui sont disponibles seulement à ce moment-là.



Lors de cette fête, l’humanité, qui joue le rôle de transmetteur de lumière, d’énergie et de puissance spirituelle vis-à-vis des règnes sub-humains, et qui constitue un canal de communication entre “ce qui est en haut et ce qui est en bas”, pourra justement lors de cette configuration se lier au divin pour aider la planète et l’humanité à monter son niveau vibratoire.



Si le travail nécessaire est accompli lors de la Fête du Wesak, si la Grande Invocation est correctement utilisée par des centaines de milliers de personnes en même temps, cela pourrait instaurer une nouvelle et meilleure civilisation, et les ajustements nécessaires dans le monde pourront être faits. Ceci pourrait se faire si rapidement que les changements nécessaires se feraient presque du jour au lendemain. La philosophie chinoise ne dit-elle pas “L’énergie suit la pensée” ? C’est donc possible. Ceci rejoint l’approche de la vie selon Ho’oponopono ! C’est-à-dire, de manière simplifiée : ce que je pense, je le crée.


Si les mots de la Grande Invocation sont énoncés avec force, en comprenant leur signification, et avec l'appui de toute la force du mental et du cœur, ils peuvent se révéler d'une puissance incroyable dans la vie de celui qui les prononce. L'effet en sera ressenti dans son environnement, et le fait que sur toute la planète des groupements de personnes se réunissent pour méditer dans le même sens va accentuer l’effet dans le monde.


En cette période, il y aura aussi de très grandes émanations de la Lune. Vénus aussi aura un rôle très important au niveau de la conscience de l’Amour et aussi de votre créativité dans la beauté, c’est à dire que vous arrivez à concevoir davantage la beauté.


* * *


Comment faire ?


Les 2 journées avant la Fête sont des journées de préparation et seront connues en tant que "journées de renonciation et de détachement". Pendant ces 2 jours, nous essayerons de maintenir une attitude de consécration et de service, et nous essayerons d'adopter une attitude de réceptivité vis-à-vis de ce que notre âme nous communiquera.


Le jour de la pleine lune :


Le jour du Wesak est la "journée de sauvegarde". Nous tenterons de nous maintenir fermement dans la lumière. Nous ne nous dirons pas ce qui adviendra et nous ne rechercherons ni les résultats ni les effets tangibles. Abandonnez-vous aux Énergies. Essayez de prendre un petit peu plus conscience du Divin en vous. Faîtes l’unité totale entre vous et Vous, c’est à dire entre la matière physique qui vous entoure et la matière spirituelle et divine. Essayez aussi de faire l’unité avec tout l’Univers. Il faut se considérer simplement comme les récipiendaires ou les gardiens de la quantité la plus grande que nous puissions conserver de cet influx de force spirituelle qui est distribuée et qui nous parvient. Il faut essayer de contacter, contenir et garder cette force pour le reste de l'humanité.


Pas besoin de grands mots, pas besoin de grandes phrases ! Il nous suffira simplement d’ouvrir notre cœur, d’être en réception de ce que l’Univers déposera en nous.


Nous devons considérer la Fête elle-même comme un jour de silence - il s’agit d’une paix intérieure et d’une solennité silencieuse qui peuvent être gardées intactes même si nous nous rendons utiles par nos paroles ou par nos actes - passé à penser à l'humanité et à ses besoins. Pendant cette période, 2 pensées seulement retiendront notre attention constante, les besoins de nos semblables et la nécessité de fournir un canal de groupe par lequel les forces spirituelles peuvent être déversées à travers le corps de l'humanité. Qui que nous soyons, ou que nous soyons placés, quelle que soit la nature de notre milieu, quel que soit l'isolement que nous ressentons ou l'éloignement où nous pouvons être par rapport à ceux qui peuvent partager notre vision spirituelle, sachez que chacun de nous ce jour-là, et pendant les périodes le précédant et le suivant immédiatement, peut travailler, penser et agir en formation de groupe et fonctionner en tant que distributeur silencieux de force.


Pendant la méditation du soir (voir ci-dessous), les deux textes suivants peuvent être récités :




LA GRANDE INVOCATION


Du point de Lumière dans la pensée de Dieu

Que la Lumière afflue dans la pensée des hommes.

Que la Lumière descende sur la Terre.


Du point d'Amour dans le Cœur de Dieu

Que l'amour afflue dans le cœur des hommes.

Puisse le Christ revenir sur Terre.


Du centre où la Volonté de Dieu est connue

Que le dessein guide le faible vouloir des hommes.

Le dessein que les Maîtres connaissent et servent.


Du centre que nous appelons la race des hommes

Que le Plan d'Amour et de Lumière s'épanouisse,

Et puisse-t-il sceller la porte de la demeure du mal.


Que Lumière, Amour et Puissance restaurent le Plan sur la Terre.


"Qu'il en soit ainsi et aidez-nous à accomplir notre part."




Autre texte possible et intéressant :



Que les Forces de Lumière apportent l'illumination à l'humanité.

Que l'esprit de Paix s'étende en tous lieux.

Que partout les hommes de bonne volonté se rencontrent dans un esprit de collaboration.

Que le pardon de la part de tous les hommes soit la note-clé de cette époque.

Que la force assiste les efforts des Grands Etres.

Qu'il en soit ainsi et aidez-nous à faire notre part.





Les 2 jours suivants sont les "journées de distribution". Pendant ces 2 jours, nous emploierons nos efforts à transmettre cette mesure d'énergie spirituelle que nous avons pu contacter.


* * *



Cette fête est un élément supplémentaire qui permet d’intensifier l'activité et la puissance qui découle du rapport entre le matériel et le spirituel. En le mettant ainsi en évidence dans les vies humaines, on peut provoquer pour notre civilisation les changements nécessaires. L'homme travaille sous l'angle de l'organisation ; une idée lumineuse lui étant venue, il commence à bâtir la forme physique extérieure qui la recevra et l'exprimera. Donc, ensemble, avec les 23 forces spirituelles, dont Bouddha et Jésus, qui se groupent afin d’agir en tant que voie de groupe et de service au jour de la Fête du Wesak, particulièrement à l’heure de la pleine lune, ils provoqueront finalement l'émergence du Divin sur la terre et exprimeront ainsi un facteur conditionnant dans les affaires humaines.


Ainsi, on pourra changer le cours des affaires du monde au moyen d'une augmentation de l'esprit d'amour et de bonne volonté dans le monde au cours de cette Fête.


Le 10 mai 2017 vous pouvez faire cette méditation chez vous. Plusieurs groupes se constitueront le soir de la Fête du Wesak et feront cette méditation un peu partout dans le monde, comme à Genève (voir lien ci-dessous) :


https://www.lucistrust.org/fr/event/full_moon_taurus_festival_2017_geneva


Ceux qui le désirent peuvent rejoindre ce groupe soit physiquement, soit mentalement.



Pour ceux qui s’intéressent, voici les dates de pleine lune sous le signe du Taureau

pour les années à venir :


en 2018 le 30 avril, en 2019 le 18 mai et en 2020 le 7 mai.





Si vous désirez faire un jeûne ...


Il est possible de se préparer à cette fête par un jeûne, ce qui peut favoriser la méditation, car le corps sera moins “perturbé” par des vibrations “étrangères”. Voici un exemple de jeûne possible :


Tous les animaux jeûnent instinctivement dès qu'ils se sentent mal. Ils cessent de manger afin de faciliter le travail d'auto-guérison de leur organisme. D'ailleurs la plupart des maladies aiguës s'accompagnent d'une perte de l'appétit, c'est-à-dire d'un besoin instinctif de jeûner.


Des travaux scientifiques ont démontré que la pratique annuelle d'un jeûne d'une semaine permettrait de diminuer de façon stupéfiante le nombre des cancers. Il suffit en effet de quelques jours de jeûne pour purger le corps d'une quantité importante de toxines.


Le jeûne est l'un des seuls traitements qui fasse faire des économies à celui qui l'entreprend. Il consiste, tel que nous le proposons ici, à ne pas absorber d'aliments solides tout en continuant à boire abondamment : eau, jus de fruits ou de légumes, bouillons, infusions, etc.


Une technique précise


Dans tous les cas de maladie grave déclarée (contre-indications éventuelles telles que le diabète, une tendance à l’hypoglycémie ou à l’hypertension), il est souhaitable de ne pas se lancer à l'aveuglette dans un jeûne mais d'être encadré par des personnes compétentes.


Ne jeûnez pas plus de deux fois par an.


Une personne en bonne santé, à condition de respecter les paliers nécessaires, peut pratiquer sans danger des jeûnes de plus en plus longs. Pour jeûner facilement, il faut respecter les trois consignes suivantes :


1. Effectuer des paliers alimentaires de réduction
2. Jeûner
3. Se réalimenter progressivement.


Lorsqu'on respecte ces trois phases, il est facile de maîtriser la période de jeûne sans souffrir de symptômes d'élimination trop intenses. Le passage brutal d'une alimentation traditionnelle au jeûne proprement dit est à éviter, afin de ne pas créer de choc désagréable dans les fonctions physiologiques.


Avant tout, fixez une date. L'idéal est de choisir une période de vacances, durant laquelle vous pourrez vous reposer et vous concentrer correctement sur votre corps. Un jeûne de 2 à 4 jours sera suffisant, selon le temps que vous désirez y consacrer et votre volonté.


Il est important de choisir un moment et un lieu permettant le repos. Evitez tout exercice physique fatigant et privilégiez des activités comme le yoga, le Tai Chi, le Qi Gong ou la relaxation. Enfin, sachez que le printemps et l’automne, pendant lesquels l’organisme est soumis à d’importants changements biologiques, sont des saisons propices au jeûne.


La phase de réduction progressive


Dans la première phase, chaque pallier correspond à la suppression d'une catégorie d'aliments, en commençant par ceux qui exigent un travail digestif important. Chacun des paliers ci-dessous peut correspondre au temps d'un repas, d'une journée ou de plusieurs jours. Lors des premières expériences, on fixera d'abord la durée de jeûne choisie, puis on déterminera les paliers correspondants d'après les schémas proposés. Ensuite, avec de l'entraînement, on sentira instinctivement la durée correcte à respecter pour chaque palier et pour le jeûne lui-même.


Quelques jours avant la date fixée, commencez à réduire progressivement les quantités d'aliments que vous ingérez habituellement, mangez davantage de produits frais et légers et buvez abondamment. On s'approchera donc du jeûne par un débrayage progressif consistant à supprimer successivement


a) Tous les produits animaux : viande, œufs, produits laitiers, poissons, fruits de mer.
b) Tous les excitants : café, thé, sucre, sel, cacao, alcool, produits chimiques ainsi que les huiles et les graisses cuites.
c) Les graisses et huiles crues et les oléagineux.
d) Les céréales cuites.
e) Les mélanges de céréales et les fruits cuits.
f) Les mélanges de céréales et les fruits crus.


Au cours de cette période, les aliments sont consommés séparément, comme dans l'alimentation instinctive.


Le jeûne proprement dit


Pendant le jeûne, on ne consommera aucun aliment solide mais on boira de l'eau ou d'autres boissons à volonté, en se laissant guider par sa soif (pour autant qu'elle soit normale; ce n'est pas le cas lorsque l'organisme est très intoxiqué et il faut alors absorber un litre et demi à trois litres d'eau par jour).


En général, la faim disparaît après un ou deux jours de jeûne complet. Si les paliers de réduction alimentaire ont été respectés, le jeûne sera le plus souvent agréable, avec des symptômes légers et momentanés traduisant l'intensification des fonctions éliminatoires. Celles-ci peuvent être aidées par des moyens auxiliaires de détoxication. Toutefois, si l'élimination est trop intense, il faudra revenir en arrière d'un ou deux paliers pendant un ou deux jours. Divers troubles peuvent apparaître : nausées, difficultés respiratoires, palpitations... Pratiquez quelques exercices de respirations profondes, reposez-vous... Si les troubles persistent, rompez progressivement le jeûne.


Faites des exercices de yoga, de courtes marches en plein air (bien couvert et d'un pas tranquille), méditez... : pratiquez des activités peu fatigantes, revitalisantes et purifiantes.


La réalimentation


Pour la réalimentation, les paliers sont les mêmes que ceux qui ont précédé le jeûne, dans l'ordre inverse. Les mécanismes instinctifs du corps fonctionnent à merveille après le jeûne; ce qui correspond aux besoins physiologiques est attractif à la vue, au toucher, à l'odorat et au goût. Il est donc facile de se laisser guider par l'instinct alimentaire vers un fruit ou un légume. Mais attention : manger bouchée par bouchée, juste assez pour se nourrir mais pas davantage. Au début, l'organisme ne supporte que de petites quantités de nourriture.


Certaines écoles recommandent de ne cesser de jeûner que lorsque l'organisme est tout à fait libéré des toxines, lorsque la langue est propre, l'urine claire et que la faim réapparaît, ce qui suppose un jeûne d'assez longue durée. Toutefois, avant d'entreprendre de longs jeûnes, mieux vaux apprendre à contrôler soi-même des jeûnes de courte durée. Si un jeûne dépasse la capacité individuelle de contrôle, la reprise alimentaire peut s'accompagner de fringale et de boulimie. En observant scrupuleusement les paliers de réalimentation, on évitera l'un des dangers du jeûne, à savoir une prise de poids excessive causée par une reprise alimentaire trop rapide.




Astuces et mises en garde


Parlez de votre décision à votre médecin, qui saura vous conseiller efficacement et pourra vous suivre durant toute la durée de votre jeûne.

Si vous le souhaitez, commencez par effectuer un jeûne partiel : consommez uniquement des aliments légers et purifiants tels que fruits, légumes, céréales (sans aucun apport de matières grasses, de sucre ou de sel)…  Cette approche moins stricte n'en est pas moins efficace.


Les dix règles d’or pour jeûner sans risque


1. Avant de vous lancer, effectuez un bilan de santé préparatoire.
2. Faites-vous suivre par un médecin pendant et après le jeûne.
3. Ne vous privez pas de nourriture plus de deux ou trois jours.
4. Ne jeûnez jamais plus de deux fois dans l’année.
5. Mangez normalement la veille : inutile de «faire des réserves» sous prétexte que vous n’avalerez rien le lendemain. Ensuite, reprenez petit à petit une alimentation normale en évitant les excès de sucre et de graisses.
6. Buvez beaucoup d’eau afin de remplacer celle qui est contenue dans les fruits et les légumes.
7. Faites une cure de compléments nutritionnels apportant des oligo-éléments, des sels minéraux, des vitamines…
8. Installez-vous au calme.
9. Rappelez-vous que le jeûne n’a pas pour but de faire maigrir.
10. Sachez qu’il est interdit aux enfants, aux personnes âgées, aux femmes enceintes, aux personnes dépressive souffrant d’une maladie chronique (diabète…) ou venant de subir une intervention chirurgicale.



* * * * *